A retenir

L'association propose plusieurs activités :

  • Groupe Patoisant, pour apprendre et parler le Patois.
  • Vieux Métiers pour une transmission du savoir-faire.
  • de nombreux stages (repassage de coiffes, benon, vannerie, ferronnerie, ...)
  • accueil de groupes pour des visites guidées
  • accueil des scolaires pour une découverte ludique, sous forme d'ateliers

Activités de l'Association

L'Association Maison de Pays en Bresse ne se contente pas seulement de sauver de vieux bâtiments typiques de la Bresse, mais elle s'attache aussi à faire revivre les traditions du monde paysan d'autrefois. Faire revivre pour éviter que le parler, les gestes ne sombrent définitivement dans l'oubli avec la disparition de toute une génération d'hommes et de femmes nés dans la première moitié du 20ème siècle. Mais aussi transmettre leur savoir aux plus jeunes d'entre nous ...

Le Groupe Patoisant

Il s'est constitué en 1988, regroupant une quinzaine de personnes, en majorité d'anciens agriculteurs. Puis, des amis de communes voisines sont venus grossir l'effectif jusqu'à le doubler. Les réunions ont lieu une fois par mois, d'octobre à avril.

Tous les participants, hommes ou femmes, ont en commun cette langue, leur langue maternelle d'origine francoprovençale car dans la campagne, on ne parlait que le patois et bien souvent les enfants découvraient le français à leur entrée à l'école. Tous souhaitaient en premier lieu parler entre eux le patois qui, selon eux, leur permettait d'exprimer plus aisément leurs pensées et leurs sentiments qu'en français.

Les publications du Groupe Patoisant

Livre C'était hier
Livre "C'était hier"

Petit à petit, un travail plus sérieux fut mis en place : choisir des thèmes se rapportant à leur vie passée, puiser dans leurs souvenirs, les enregistrer pour en garder une trace sonore pour l'avenir. Mais ceci ne suffisait pas. Raconter la vie en Bresse telle que tous l'avaient vécue, dans la période entre les deux guerres représentait un travail énorme de mémoire. Ainsi furent évoqués les coutumes, les traditions bien ancrées dans la campagne, le travail collectif, dans les champs au rythme des saisons, les fêtes ... tous les aspects de la vie rurale d'autrefois.

Chacun rédigeait son texte qu'il soumettait ensuite au groupe : les écrits étaient discutés, remaniés, modifiés, jusqu'à leur approbation définitive. Ils furent ensuite imprimés et regroupés en un livre intitulé "C'était hier ou Mémoire de la Vie Bressane par les Gens du Pays", présenté officiellement au public le 30 avril 1995 et mis en vente à partir de cette date (sur place ou sur commande). C'est une oeuvre très originale puisqu'il s'agit avant tout d'un recueil de textes écrits par des personnes différentes, avec leur sensibilité, leur façon de s'exprimer, mais qui toutes ont puisé dans leurs souvenirs : assurément la meilleure manière de connaître véritablement la vie en Bresse autrefois (voir un extrait du livre). Actuellement, le groupe patoisant s'est lancé dans un long travail de traduction de cet ouvrage.


Livre Qu'elle était riche notre Langue
Livre "Qu'elle était riche notre Langue"

En même temps et à partir de 1989, le groupe décida de mettre en chantier un glossaire des mots patois. Là encore un travail gigantesque de recherche était à réaliser. Il fallait répertorier chaque mot, puis l'écrire avec sa traduction exacte. Tâche ardue quand on sait que le patois est avant tout une langue parlée. Le Professeur Jean-Baptiste Martin, linguiste distingué de l'Université Lumière Lyon II et spécialiste du patois francoprovençal, a apporté son aide précieuse pour la transcription écrite des mots. Finalement, au terme de huit années de travail acharné mais convivial, le Glossaire Patois bressan regroupant quelque 5500 mots a vu le jour le 22 juin 1996 sous le titre de "Qu'elle était riche notre langue" (voir un extrait du livre)


Le dernier ouvrage du Groupe Patoisant est un dictionnaire français-patois qui vient très justement compléter le glossaire patois-français. Publié en janvier 2001, il est essentiellement le fruit du travail de l'un des membres du groupe et a nécessité une année entière de recherches : en effet, le patois utilise de nombreuses expressions et il faut en connaître la définition exacte avant d'en donner une traduction. A titre d'exemple, le simple mot "pluie" peut se traduire de différentes manières selon qu'il s'agit d'une pluie douce, légère ou plus forte ...

Avis aux amateurs : si vous voulez découvrir les mots usuels du monde paysan ou tout simplement retrouver la mémoire d'un terroir, et pourquoi pas rédiger un faire-part ou une invitation en patois, cet ouvrage vous sera d'une grande utilité, voire indispensable (en vente à la boutique de la Maison de Pays en Bresse).

Jusqu'à présent, chaque outil ou objet exposé portait une étiquette où était inscrit son nom, en français. Le Groupe patoisant, pour remettre à l'honneur la langue de nos ancêtres, s'est donné pour tâche de refaire tous les panneaux explicatifs, avec la traduction en patois francoprovençal.

Il faut signaler aussi que nous recevons fréquemment, au cours de nos rencontres mensuelles, des étudiants venant d'universités de Lyon, préparant des thèses sur les langues régionales et le patois (et même une jeune japonaise).

La Fête du Francoprovençal

Dans le cadre du Patois, qui, rappelons-le, est une langue issue du patois francoprovençal, notre Association participe à la Fête internationale du patois francoprovençal. Regroupant les italiens, suisses et français, elle se déroule chaque année au mois de septembre. Au cours d'une journée conviviale débutant par une messe dite en patois, la Bresse côtoie des représentants du Piémont, du Val d'Aoste, de la Savoie, de la Suisse Romande ... Tous défilent dans les rues du village organisateur. Le repas pris en commun est suivi d'une présentation musicale et folklorique de chaque contrée, durant l'après-midi. Pour l'instant, cette grande manifestation n'a eu lieu qu'une seule fois dans le département de l'Ain, en 2012 à Bourg-en-Bresse, lors de la 33ème édition.

Les Vieux Métiers

Fabrication de panier
Fabrication de panier

Notre Association, toujours dans un souci de promouvoir le savoir-faire de nos ancêtres et de transmettre cette connaissance, a constitué un groupe dit "des Vieux Métiers" ou "des Métiers Anciens". Très impliqué dans les manifestations sur le site, il est aussi à de maintes reprises, au cours de l'année, sollicité pour une participation à différentes fêtes dans les villages voisins, voire les départements limitrophes. Son rôle est de présenter les vieux métiers d'autrefois au public. Ainsi, des femmes font une démonstration du repassage des coiffes tandis que les hommes réalisent des paniers et corbeilles en osiers ou des "benons". D'autres tressent les cordes qui servaient à attacher les jeunes bêtes. L'aiguisage des couteaux a toujours beaucoup de succès ... Toutes ces fêtes organisées dans le but de renouer avec les traditions, de faire connaître aux plus jeunes la vie passée et de remémorer aux plus anciens leurs souvenirs remportent un vif succès. C'est aussi l'occasion d'inciter les spectateurs extérieurs à venir découvrir notre site et de prendre des inscriptions pour les différents stages.

Les stages

Faire des démonstrations au cours des fêtes est sans doute enrichissant pour le public, mais transmettre son savoir devient une oeuvre de sauvegarde. Une autre activité de l'Association tend à se développer de plus en plus : la vannerie. Quelques anciens connaissent encore l'art de tresser les osiers pour réaliser les corbeilles, bien utiles autrefois pour le travail dans les fermes.

Coiffe
Repassage d'une coiffe

C'est pourquoi, depuis quelques années, sont organisées en hiver des sessions de vannerie qui connaissent un franc succès. Moyennant un coût très modique, des personnes de toute condition, débutants ou confirmés, viennent apprendre les gestes d'autrefois pour réaliser les paniers en osier ou les "benons" en paille de bois (appelée aussi molinie bleue) et éclisses de noisetier. Les banetons ou "benons" sont des corbeilles rondes ou allongées qui servaient à faire lever la pâte à pain avant de l'enfourner.

D'autres stages s'adressent plus particulièrement aux femmes. Autrefois, elles portaient des coiffes ornées de magnifiques broderies et de plusieurs rangs de tuyauté, variant en fonction de leur richesse. Ces coiffes sont de nos jours encore présentes dans les différents groupes folkloriques de la région. Et il faut bien les entretenir, les réparer en cas d'accros ou simplement les repasser. Un travail qui demande dextérité, patience et minutie. Cette formation a lieu au cours de l'automne.

Pour tout renseignement concernant les stages, contactez-nous.

Copyright (c) 2001-2016, Arnaud SUBTIL - tous droits réservés
Blog
Blog